Pour sécuriser la satisfaction des besoins essentiels

Afin d’en finir avec le chômage et la peur du chômage et de permettre à chaque citoyen de choisir sa vie et de changer son mode de vie, nous proposons de limiter la norme de la semaine de travail à 3 jours. Afin de sécuriser la satisfaction des besoins essentiels, nous proposons de garantir un revenu optimal et de réguler les prix de l’alimentation et du logement.

  • 8. En finir avec le chômage et la peur du chômage.

Les consultants en organisation et les ingénieurs auront la responsabilité d’utiliser les gains de productivité pour réduire le temps de travail. Ils auront également la mission d’aménager le temps de travail et de favoriser le temps choisi.

–  Réduire le temps de travail à 24 heures par semaine.

– Fixer la norme de la semaine de travail à 3 jours pour tous les salariés (cadres, employés et ouvriers).

– Aménager l’organisation de l’activité hebdomadaire des entreprises sur 6 jours.

– Partager l’emploi : 1 poste de travail = 2 salariés ou 2 équipes.Un salarié ou une équipe travaillera du lundi au mercredi et une autre du jeudi au samedi, ou un salarié ou une équipe travaillera de début janvier à fin juin et une autre de début juillet à fin décembre.

– Favoriser l’aménagement du temps de travail sur le trimestre, le semestre et l’année.

– Donner, à ceux qui le souhaitent, la liberté de travailler plus de 3 jours par semaine.

  • 9. Fixer le montant d’un revenu optimal.

– Fixer le taux horaire du revenu optimal à 12,50 € de l’heure pour garantir un revenu de 1 040 € en contrepartie de 3 jours (3 journées de 8 heures) de travail par semaine.

  Fixer le taux horaire du revenu maximum à 21,90 € de l’heure pour garantir un revenu de 1 660 € en contrepartie de 3 jours de travail par semaine.

– Fixer le revenu maximum autorisé à 4 fois le revenu optimal. Le revenu maximum autorisé correspondra à 4 160 € (4 x 1 040 €). Pour augmenter ce revenu, il faudra augmenter le revenu optimal.

– Abroger l’Ordonnance n°86-1243 du 1er décembre 1986 relative à la liberté des prix et de la concurrence.

–  Voter la « loi du maximum » qui s’inspirera de l’Ordonnance n°45-1483 du 30 juin 1945 relative aux prix.

– Fixer le prix maximum des matières premières, des biens et des services qui ont la vocation de satisfaire des besoins essentiels.

– Fixer les prix par arrêtés ministériels.

– Baisser le prix des produits en fixant le prix maximum sur cette base : coût analytique + marge bénéficiaire de 5 %.

Étant donné que se loger est un besoin essentiel, le logement ne doit plus être soumis à la spéculation immobilière.

– Réaliser l’inventaire de toutes les maisons et de tous les appartements sur le territoire Français.

– Appliquer la « loi du maximum » au marché de l’immobilier et aux loyers.

– Interdire la spéculation et les placements dans l’immobilier.

– Fixer le prix moyen des logements entre 1,5 et 2 fois le revenu disponible brut (RDB) des ménages.

– Réguler le prix des loyers en s’inspirant de la loi n°48-1360 du 1er septembre 1948 (la surface corrigée).

– Favoriser un nouvel art de vivre ensemble en encourageant l’accès au logement sous la forme d’habitat groupé et solidaire.

Pour accéder aux pages suivantes :

–  Pour favoriser de nouveaux modes de socialisation et d’expression.