Quelle est la signification de la bannière ?

La bannière : Le schéma du développement durable qui intègre l’individu et la centralité du temps dans le processus de changement social.

MPDH logo 2012

Les objectifs de la réduction de la semaine de travail à 3 jours sont : d’en finir avec le chômage, de provoquer un changement de mode de vie individuel et collectif et de mettre l’économie au service du développement et de l’émancipation de chaque individu.

Pour symboliser ce projet, j’ai ajouté au schéma du développement durable le temps et l’individu.

Schéma du développement durable

Schéma développement durable

En effet, il n’y a pas de changement possible sans la contribution active ou passive des individus et du temps. Les quatre piliers de la construction d’un nouveau projet de société sont l’individu, le social, l’économie et l’écologie. Ce changement s’inscrit à l’intérieur d’un espace-temps dont la fonction est de créer les conditions d’un équilibre équitable, convivial, durable et vivable entre ces quatre piliers.

  • Individu

L’individu est le pilier du changement social. En effet, ce n’est pas la société qui change, mais les individus qui la compose. La société est composée d’individus singuliers qui interagissent dans un environnement écologique, économique et social. Il n’y a donc pas de transformations sociales possibles sans la contribution active ou passive des individus. Le niveau de maturité intellectuelle, psychologique, relationnelle et physique d’un individu détermine le rapport qu’il tisse avec lui-même et les autres, ainsi qu’avec la société et son environnement naturel. Plus l’individu est libre, autonome et responsable, plus il est capable de tisser des relations conviviales et vivables avec son environnement social et écologique. En permettant à chacun de suivre une journée de formation par semaine et de pratiquer des activités de socialisation et d’expression librement choisis, les 4 jours de temps libre favoriseront le développement et l’émancipation de chaque individus.

  • Social

L’Homme est un être social. L’individu a besoin d’appartenir à un ou des groupes qui lui procurent la sécurité et la reconnaissance dont il a besoin pour nourrir l’estime qu’il a de lui. Le rapport entre l’individu et la société ne doit pas reposer sur la compétition, mais la convivialité. La convivialité ne se décrète pas. Elle nécessite le développement et l’émancipation des facultés de chaque individu. En disposant de 4 jours de temps libre, l’individu aura les moyens de s’affranchir de son activité professionnelle et de la consommation pour se socialiser, se réaliser, structurer son identité social et le rythme de son existence.

  • Économie

L’économie est l’un des piliers du changement de société. Pour nous, ce n’est pas le développement qui doit être durable, mais le modèle économique. Afin de ne pas menacer la survie des générations présentes et à venir, ce modèle économique ne doit pas gaspiller et épuiser les ressources naturelles, les matières premières et les ressources énergétiques. Il doit également éviter de rejeter trop de gaz à effet de serre qui provoquent le réchauffement du climat. Afin d’éviter cette catastrophe annoncée, l’activité professionnelle, la production, la consommation et l’argent doivent redevenir ce qu’ils auraient toujours dus être : de simples moyens destinés à satisfaire des besoins essentiels. Dans le cadre de la semaine de 3 jours, le premier objectif de l’entreprise est de produire et de distribuer des biens et des services dont l’individu a besoin pour satisfaire ses besoins essentiels et un minimum de confort matériel. Le second est de partager de manière équitable la richesse produite entre les différents acteurs économiques et sociaux : l’autofinancement de l’entreprise, la rémunération des dirigeants et des salariés, et, pour finir, le financement du budget de l’État et de la sécurité sociale.

  • Écologie

L’écologie est l’un des piliers du changement, mais elle n’est pas une finalité en soi. L’individu a besoin d’un environnement naturel de qualité pour vivre et émanciper ses facultés. Si, à cause de la pollution, du pillage des ressources naturelles et du réchauffement climatique, l’espèce humaine disparaît de la surface de la Terre, la nature pourra parfaitement se passer de sa présence. Même si à court et moyen terme, l’Homme saccage et détruit son environnement naturel, à très long terme, lorsqu’il aura disparu, la nature reprendra le dessus. Par conséquent, ce n’est pas la nature qui est concernée par la préservation de l’environnement écologique et des ressources naturelles, mais l’Homme. À partir de ce constat, pour que la relation entre l’individu et son environnement écologique soit vivable, il est indispensable que son modèle économique soit durable.

  • Temps

Pour changer de mode de vie, les cadres et les classes moyennes ont besoin de satisfaire autrement leurs besoins d’appartenance, d’estime et de réalisation. L’individu et le temps étant étroitement liés dans l’action qui se vit au présent, pour satisfaire autrement ces besoins, il doit disposer de temps. En effet, il est impossible de consacrer du temps à une action (chasser, travailler, écrire, etc.), à une relation (professionnelle, familiale, amoureuse sociale, politique, etc.) ou à une discussion (football, politique, philosophique, intime, etc.) sans être présent physiquement et mentalement. Pour se nourrir, un individu doit consommer du temps pour chasser, cultiver ou exercer un emploi en échange d’un salaire. En vendant son temps, il en perd la propriété, et donc, la liberté d’en faire un usage personnel. Le temps étant omniprésent, dans l’optique d’une réflexion sur les conditions d’un changement de mode de vie, il apparaît donc indispensable de prendre en compte les enjeux du temps sur le plan individuel et collectif.